Agriculture

Le bassin de l’Isac est encore un territoire rural où l’activité agricole est bien présente. Les résultats de la qualité de l’eau indiquent que des techniques peuvent permettre de préserver une bonne qualité de l’eau. Le Syndicat de l’Isac s’engage avec les professionnels agricoles dans toute leur diversité à identifier et diffuser ces solutions.

Il peut y avoir du bon et du moins bon dans l’incidence de l’activité agricole sur la qualité de l’eau du bassin de l’Isac. Les résultats se dégradent rapidement dès lors que l’on note une intensification des pratiques avec plus de cultures et moins de bocage et zones humides.

L’élevage s’est bien développé sur ces terres, avec une part importante de prairies accompagnées d’un système bocager dense et de zones humides. Ce système permet de limiter le ruissellement et le transfert de polluants.

L’augmentation de la polyculture dans certains secteurs induit une augmentation des traitements et donc des pollutions par les pesticides, qui se délacent plus facilement avec la disparition des haies. Les bons résultats, sur les nitrates ou pesticides, peuvent rapidement se dégrader.

Le Syndicat de l’Isac souhaite engager un travail sur le long terme avec la profession agricole afin de répondre à cette situation. Une commission agricole a été constituée pour définir les actions à engager :

  • Informer les exploitants sur l’état de la qualité de l’eau
  • Engager avec un groupe d’agriculteurs volontaires un travail d’identification des pratiques permettant de préserver ce capital de bons résultats. Ce travail collectif piloté par les exploitants eux-mêmes et animé par le Syndicat se fera autour d’objectifs environnementaux et économiques.
  • Établir une charte des prescripteurs sur l’utilisation des pesticides sur laquelle les exploitants pourront s’engager avec leur coopérative.
  • Communiquer et diffuser les bonnes pratiques auprès des exploitants.